Déclaration conjointe du réseau et les auteurs culturels sur la LPI #canonAEDE

DÉCLARATION CONJOINTE DU RÉSEAU ET LES AUTEURS CULTURELLES SUR LE PROJET DE RÉFORME DU DROIT DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE.

Le passé 14 De février 2014 le Conseil des ministres a approuvé le projet de réforme du droit de la propriété intellectuelle (texte publié dans le B.O.C.G. le 21 Février).

aedee

Ce projet de loi, archaïque dans sa conception, découper de nombreux droits en Espagne, Il affecte négativement de larges secteurs de la société, peut mettre en danger la culture libre et la remise en question du fonctionnement de l'internet, en limitant la nomination et le lien avec une activité purement commerciale.

Cette situation a entraîné un rejet immédiat et unanime de tous les domaines possibles pour des raisons qui sont synthétiquement alors.

Utiliser ce logo en tant qu'avatar sur vos profils sur les réseaux, avec le hashtag #canonAEDE.

1. La protection de la propriété intellectuelle sur l'internet ne peut être garantie en imposant des taxes arbitraires ou tarifs. Dans un souci de l'économie espagnole, Il faut garantir la durabilité des créateurs numériques dans l'ensemble, non seulement d'une partie. Un secteur est développé en favorisant de nouveaux business modèles numériques plutôt que de les détruire. Tout droit est né du dialogue entre toutes les parties concernées.

2. La Constitution espagnole consacre, dans son article 20, le droit fondamental « de communiquer ou de recevoir librement une information véridique par tout moyen de diffusion », qui devrait combiner avec tout droit de propriété, mais jamais l'annuler.

3. En outre, Cette loi restreint les autres droits fondamentaux, Elle affecte les valeurs démocratiques essentielles et limité le libre accès à l'information et de la culture. Il ne tient pas compte de la déclaration des droits de l'homme, Elle viole la liberté d'expression et les droits de libre établissement, viole la vie privée des communications, C'est une attaque directe contre la neutralité du réseau et ne respecte pas un droit individuel fondamental: chacun d'offrir leur travail dans les conditions qu'il juge appropriés.

4. Le chiffre du « droit inaliénable » tiré de citation affecteraient sans exception à tous les créateurs et leur interdirait de renoncer volontairement à ce droit de textes sur internet. Cela compromettra sérieusement les licences Creative Commons, largement étendue et actuellement offrent une couverture légale à une partie très importante du contenu du droit d'auteur réseau. Nous sommes confrontés à une imposition de « copyright » sur les partisans de la « copyleft » pour Elle constitue une violation des droits et des intérêts collectifs plutôt que de leur garantissant et collection de faveurs est concentrée dans les mains très peu.

5. Lejos de ser una amenaza, Agrégateurs de nouvelles et d'autres outils numériques qui pointent et citent dans le milieu de la source, comme le moteur de recherche, les réseaux sociaux ou blogs, ils favorisent l'accès du citoyen libre à l'information et génèrent un trafic large aux médias. De plus,, le droit de nomination à l'essence du journalisme, Cette loi menace frontalement poursuite. Ériger en infraction pénale liens génère une insécurité juridique, qui remet en question les principes fondamentaux et l'utilisation de l'internet. Leur garantir, respect des droits, profite à tous: utilisateurs, outils et médias.

6. Le mal-nommé « Google taux » a roulé un seul côté du collectif des éditeurs, L'AEDE intégré. Autres associations et éditeurs sont opposés à cette mesure. AEDE devrait envisager les conséquences économiques qui seront traduira pour leurs partenaires de l'index et les conséquences désastreuses pour les employés, comme les réductions de salaires et suppressions d'emplois. Ce canon de l'AEDE augmentera encore la précarité d'un secteur extrêmement portant des cicatrices de crise.

7. L'entrée en vigueur de cette loi représente une taxe additionnelle pour la connaissance. L'entidad de Gestión de derechos CEDRO recueille actuellement dans tout le système éducatif professionnel. La nouvelle loi établit que les universités aussi payer pour les enseignants de contenu de publication pour les étudiants, et que jusqu'à aujourd'hui est l'hôte d'une licence de Creative Commons. Cèdre déclenchera monopole baril de 5 € pour chaque élève. Nous considérons que c'est une attaque sur l'éducation, recherche et textes académiques, qu'il sera régi par le « copyright » au lieu d'être dans le domaine public.

8. Ce canon, imputées au budget général de l'État et le montant non déterminé par la Loi, Elle agit au détriment des auteurs juste récompense et il s'agit d'une subvention déguisée éditeurs, qui art. 2 de la directive 2001 de la propriété intellectuelle ne comprend pas comme bénéficiaires de droits de propriété intellectuelle, et que malgré cela sont les 45% Collection cèdre. Significatifs, c'est que le libellé de la loi se réfère uniquement aux « industries culturelles » expressément en ignorant « les auteurs », aggraver une situation déjà amorcé avec la perte des droits des journalistes en faveur des éditeurs en faisant "coupures" (Synthèses de presse).

9. « De facto » élimine le droit à la copie privée, liant à la copie physique d'un support physique, la pratique est presque inexistante dans l'ère du numérique. Copie privée d'une œuvre est une légitime qui existaient avant l'internet, et il continuera d'exister après cette réforme. Imposer un baril, copie privée équivaut à imposer préventive condamné à une amende de chaque citoyen pour une hypothétique utilisation criminelle, même si cela n'arrive jamais. Ériger en infraction pénale le consommateur pour des fins de collecte de fonds n'est pas la façon dont.

10. Ils ne devraient pas soutenir les mesures de contrôle de la « piraterie » qui mettent en péril l'essence du réseau. S'opposer à ces mesures ne supporte pas la caricature de la « tout gratuit ». Il est nécessaire de développer un nouveau cadre pour la protection de l'industrie culturelle qui prend en compte les particularités de l'ère du numérique et de servir pour ce qui est né de ce type de législation: promouvoir la pratique de la culture en offrant des compensations financières aux auteurs.

11. Cette réforme devrait inclure mesures d'accompagnement qui soutiennent le développement de nouveaux modèles d'affaires basé sur internet, ainsi que l'amélioration de celles existantes. Ne pas fait, Il va faire mal l'innovation dans les secteurs concernés et perpétuerait un modèle de distribution culturelle et accès à l'information clairement obsolète.

12. Cette réforme de la LPI semble résulter d'une dynamique de la corruption entre lobbies et pouvoir politique, en témoignent la récente libération de directeurs dans les grands journaux nationaux et l'entrée en vigueur de la réforme de la loi en le présentant avec une photo du Président de l'AEDE prochain vice-président du gouvernement. Cela met sous suspicion et autres, Si l'on considère la proximité du processus électoral.

CONCLUSION:

La réforme de cette loi, ce qui a été élaboré, Elle est vouée à l'échec et nous souhaitons son voyage très court, Cela arrange pas parce que la réalité et ne couvre les besoins des secteurs et acteurs concernés. C'est un effet dissuasif sur le développement de l'industrie et culture libre, inacceptable en période de difficultés économiques, où il est nécessaire de donner la priorité à l'innovation et favoriser l'émergence de nouveaux marchés émergents, où Espagne montre un potentiel énorme.

De plus,, contient de nombreuses ambiguïtés et incertitudes, qu'un projet de loi de cette ampleur ne peut se permettre, Car il ouvre la porte à une application discrétionnaire et des effets secondaires indésirables graves.

Pour toutes ces raisons, Nous demandons instamment au gouvernement de reconsidérer et de retirer cette réforme et d'ouvrir le dialogue que cette réclamation pendant des mois pour fournir les meilleures solutions à la nouvelle réalité posée par la société digital avec tous les secteurs touchés.

En même temps, Nous lançons un appel à la société tout entière de participer, fournir, s'engager et de diffuser la campagne de rejet de la #CanonAEDE diffusion de cette déclaration et leurs actions, actions et initiatives.

Si vous le souhaitez vous pouvez me suivre sur Twitter, Facebook, Google +, LinkedIn, ou partagez-les avec les boutons situés sous cette publication, Si vous avez des questions ou suggestions n'hésitent pas à commenter.

Aidez-nous à atteindre plus de lecteurs Share on LinkedInShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Laisser une réponse